Elévations d’un projet de reconstruction du Théâtre, plans, 1907

(1 Fi - non cotés)

Ces deux planches font parti des premiers documents iconographiques qui m’ont été montré lorsque j’ai pris mes fonctions au sein des Archives municipales de Nancy.

Le souci du détail et la beauté du plan m’ont impressionné. On peut y voir différents personnages se trouvant dans l’opéra, ils servent à donner une idée de l’échelle. En outre les décorations y sont dessinées avec force détails, teintures, rideaux, vases ornés de fleurs reposant sur un meuble. Ces détails donnent vie au plan et permettent aux membres du jury de se faire une idée plus précise de la hauteur et de la surface des pièces. C’est d’ailleurs pour ces raisons que c’est un document que j’aime présenter lorsque des visites ont lieu dans le service.

Imaginez qu’à l’époque les architectes utilisaient l’encre de chine pour tracer leurs plans, pas de touche « annuler » ou fonction « gomme » pour rattraper le coup de plume malheureux. Le droit à l’erreur n’était pas permis.

Le 4 octobre 1906 le théâtre a été complètement ravagé par le feu. Le conseil municipal lance en novembre de la même année un concours afin de construire un nouveau théâtre. Les 17 candidats qui répondent doivent le faire de façon anonyme, et pourront du 10 au 17 mars 1907 exposer leur projet, plans ou maquettes, dans les galeries Poirel. Emile André et Gaston Munier, les auteurs de ces plans ont pour l’occasion choisi comme pseudonyme « Jean Lamour », serrurier et ferronnier célèbre pour avoir forgés, entre autres, les grilles qui ornent la place Stanislas.

Le 23 mars 1907 les membres du jury se réunissent pour choisir l’architecte remportant le concours. E. André et G. Munier finissent en deuxième position derrière Joseph Hornecker. Leur projet ne verra donc pas le jour.

Grégory Thielen